Mini C119 bis - sogimax-190217.fr

Aller au contenu

Menu principal :

Mini C119 bis

Réalisations

Le Mini C-119

Avant-propos :
 A l’origine la dénomination du C-119 désignait un appareil à résonance ; en fait le C-119 est un montage à réaction à la fois simple et très sensible ; c’est une amélioration de postes plus anciens dans lesquels on a remplacé le circuit d’entrée HF apériodique par un circuit oscillant accordé sur la fréquence à recevoir, où l’on a reporté la réaction sur le circuit de résonance afin de diminuer la radiation dans l’antenne et ainsi affaiblir considérablement  les interférences avec les récepteurs voisins.
Le C-119 bis qui, au-lieu d’être monté en séparant franchement la bobine d’accord de la bobine de résonance, prévoit au contraire un couplage variable entre ces bobines. Pour être concis, suivant le type de réaction, le C-119 peut comporter trois bobines, deux d’entre-elles sont couplées pour  l’accord et la réaction et l’autre complètement découplée des deux premières pour l’accord d’antenne, ou utiliser seulement deux bobines non couplées. Dans ce dernier cas, la réaction est assurée par un couplage galvanique ou capacitif.
Dans le cas d’un C-119 bis il y a également  trois bobines mais  la bobine de réaction et la bobine d’antenne sont couplées à la bobine accordée sur la longueur d’onde à recevoir.
Il existe beaucoup de montages dérivés mais tous sont basés sur la réaction dont le réglage est à la limite de l’accrochage, situation qui donne la sensibilité, l’amplification et la sélectivité maximales.
Dans le présent article nous allons décrire un C-119 bis,  modèle réduit réalisé avec des composants hétéroclites retrouvés dans des fonds de tiroirs ou sur des étagères d’armoires inaccessibles ordinairement.

Description du Mini C-119 bis
 Le diagramme de montage est conventionnel et a été emprunté à l’ouvrage de référence « Les C-119 »  10e édition  (1927) de R. ALINDRET. (Voir figure 1)
L’encombrement hors tout est : L = 160 mm, H = 180 mm, P = 130 mm.  Le poids : 850 Gr
Présentation : voir figures 2 et 3 et 9

Les composants :
•         Les bobines : (voir figure 4)
Ce sont des bobinages en nids d’abeilles provenant de vieilles MF dont on a soustrait un certain nombre de spires afin d’arriver à des valeurs compatibles avec les gammes d’ondes à recevoir PO et GO. Les boîtiers de 42 mm de diamètre sont issus d’une plaque de PVC noir de 10 mm d’épaisseur ;  ils ont été tournés collés et munis d’un pied avec pinoches pour ressembler à leur grands frères d’époque bien connus.
Il y a deux jeux de trois  bobinages
pour les PO :  320 µH pour l’accord et l’antenne, 170 µH pour la réaction.
Pour  les GO :  1,8mH pour l’accord  et l’antenne, 1 mH pour la réaction.
•         Le support de bobines:
En forme de U avec des ailes de 6mm il a été réalisé par fraisage à partir d’un bloc de nylon blanc de 40 x 40 x 25 mm
•         Les condensateurs variables : (voir figure 5)
De fabrication chinoise, ces condensateurs de petite taille (35 x 25 x 27 hors tout) ont une capacité de 490 pF

•         Les démultiplicateurs :
(voir figure 6)
Ce sont des démultiplicateurs à billes classiques auxquels on a ajouté une flasque en PVC, des colonnettes et un mini cadran de diamètre 45 mm provenant de surplus militaires américains.

•         Les boutons :
(voir figure 7)
De fabrication contemporaine, on a enlevé les enjoliveurs de clinquant qui nuisaient à l’esthétique.
•         Le rhéostat de chauffage :
(voir figure 8)
Elément de type à tirette de 15 Ohms, retenu pour sa petite taille, est, lui, d’époque.
•         Les lampes et les supports : (voir figure 9)
Lampes peu courantes et rares, d’origine années 30 sont des triodes Midget anglaises  XH1.5V de chez HIVAC. Elles équipaient des appareils auditifs  de l’époque.
Elles sont chauffées sous 1,5 Volt avec un courant filament de 75 mA. Des résistances adéquates ont été placées en série avec les filaments afin de faire fonctionner le poste sous une tension de chauffage de 4 Volts et être ainsi en harmonie avec les étiquettes de l’appareil.
Les tensions plaque de fonctionnement sont de 40 Volts d’où l’insertion en série d’une résistance, pour correspondre à l’étiquette de 80 Volts. Le courant total débité par les plaques est de 400 µA en régime de fonctionnement. C’est vraiment  « éco » !
Vu le culot peu commun des ces lampes, leurs  supports  en nylon blanc ont été fabriqués de toutes pièces.riqués de toutes pièces.
•         Les bornes de connexions :  (voir figure 10)
Ce sont des bornes récupérées sur de vieux transformateurs BF défectueux.
•         Le coffret :
C’est un coffret original en noyer qui abritait un rhéostat, vraisemblablement un appareil didactique.
Ces dimensions : 140 x 95 x 90 mm.
La platine est en plexiglass de 6mm d’épaisseur traité pour lui donner l’aspect d’ébonite !
La figure11 nous donne une idée du câblage.

Conclusion :
  Vu la relative faiblesse d’amplification des lampes, l’écoute des stations de radiodiffusion ne peut se faire qu’au casque. Cependant ce poste miniature réagit de la même façon qu’un récepteur C-119 bis classique. Lors des essais, on a pu recevoir  une  dizaine de stations en PO sur une antenne boudin intérieure de 2 mètres de long.


  

Figure 1. - Mini C119

Figure 2. - Diagramme de montage

Figure 3. - Un autre aspect du Mini C119

Figure 4. - Supports de bobines

Figure 5. - Les condensateurs variables

Figure 6. - Démultiplicateur

Figure 7. - Les boutons

Figure 8. - Le rhéostat de chauffage

Figure 9. - Triodes midget anglaises XH1.5V de chez Hivac

Figure 10. - Les bornes de connexions

Figure 11. - Vue du câblage terminé

Jacques Hildebert RFL 2211

Article paru dans le magazine de Radiofil No: 39

Retourner au contenu | Retourner au menu